Cliquez sur les photos
Elle se trouve dans les versants de la montagne Sainte-Victoire, à presque mi-chemin de sa hauteur. Bâtie dans le prolongement d’une grotte, elle perpétue le souvenir de l’ermite qui, au Vème siècle, vint chercher refuge en ces lieux.

La tradition veut qu’un ermite, venu de Lyon, mena dans ce décor une vie frugale, toute de contemplation et de prière. Le nom qui nous est parvenu, Ser, vient du latin servus qui signifie serviteur (de Dieu). La réputation de sainteté de cet ermite amenait vers lui de nombreux visiteurs ce qui portait ombrage à Euric, souverain Wisigoth qui régnait sur la Provence. Le roi décida de faire périr l’ermite un jour de l’an 484. Servus eut les oreilles tranchées avant d’être décapité.
La chapelle fut consacrée le 5 janvier 1001 par l’évêque d’Aix-en-Provence. Elle connut au fil des siècles des périodes de ruine et d’abandon en alternance avec des périodes de ferveur et de renouveau. Un pèlerinage avait lieu annuellement jusqu’à la démolition de la chapelle en 1993 à la suite de chutes de rochers.

La chapelle Saint-Ser a été reconstruite à l’occasion de son millénaire, après avoir réalisé les purges et les ancrages préconisés par une étude technique. La chapelle a de nouveau été bénie, le 4 juin 2001, par l’Archevêque d’Aix-en-Provence dans le cadre d’une manifestation qui a attiré un public considérable. Cette reconstruction a permis de relancer le pèlerinage traditionnel de Saint-Ser, abandonné depuis la destruction de la chapelle.
L'ancien ermitage est devenu maintenant le but recherché pour les promenades de  marcheurs, fidèles ou touristes locaux et internationaux attirés par l'environnement et la beauté exceptionnelle du site (2000 à 3000 par an).
 
Pour cette reconstruction, la commune a obtenu un timbre-poste émis les 22 et 23 juin 2002. Il faut savoir que plus de 1 200 demandes de timbres sont présentées chaque année. Seules 50 à 60 sont retenues. Par ailleurs, notre pays dispose d’un patrimoine historique considérable ce qui fait qu’il est très difficile d’obtenir la consécration philatélique.

Les journées « premier jour d’émission » du timbre de la chapelle Saint-Ser ont constitué un événement majeur pour le village. Les médias (presse, radio et télévision) se sont largement fait l’écho de cette manifestation. L’obtention du timbre de la chapelle de Saint-Ser, qui n’est ni classée ni inscrite à l’inventaire des monuments historiques, constitue sans aucun doute une réussite.